She came from another place. On the burial of a young girl in Birka.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

She came from another place. On the burial of a young girl in Birka.

Message  yrwanel le Ven 20 Mai 2016 - 11:17

"Abstract In the mid-10th century a young girl of high social standing was buried in one of the more distinguished grave-fields in Birka. She was placed in a coffin together with a few personal objects. Her dress was of high quality, as was the jewellery worn with it. The burial at first seems like nothing out of the ordinary. The different elements all occur at this period in time. But when deconstructing the grave it becomes more of an enigma. Though commonly called the “Birka girl”, this 5-year-old most likely did not come from Birka or the surrounding region at all, but from another..."

Charlotte Hedenstierna-Jonson Charlotte Hedenstierna-Jonson
Bookmarked by Santa Jansone

She came from another place. On the burial of a young girl in Birka.

https://www.academia.edu/10046353/She_came_from_another_place._On_the_burial_of_a_young_girl_in_Birka

L'article envisage également la mort et les rites de mort des enfants chez les scandinaves de cette époque. Wink

yrwanel

Messages : 341
Date d'inscription : 03/05/2016

http://casado81.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: She came from another place. On the burial of a young girl in Birka.

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Ven 20 Mai 2016 - 11:54

Des rites pour des enfants ? C'est vrai qu'on en entend pas beaucoup parler.
avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1494
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: She came from another place. On the burial of a young girl in Birka.

Message  yrwanel le Ven 20 Mai 2016 - 16:57

Si on regarde, on peut observer que les enfants sont les "grands oubliés de l'histoire". "On" se borne à faire le constat qu'ils mourraient comme des mouches (en réalité, pas plus que dans les pays en voie de développement), et "on" semble attribuer des sentiments affectifs, une éducation, des "prises en charge" quasi inexistants.

A croire que la parentalité (le sentiment d'être parents), l'affectif, la prise en charge et l'éducation (sens large) ne serait qu'une "prise de conscience moderne"!
Il arrive que certains historiens (et archéologues) m'étonnent: à les en croire, "autrefois" les humains n'étaient pas foutu de s'occuper de leurs descendances et avaient moins de "compétences" à ce sujet qu' une mère chatte ou des parents oiseaux! Shocked

Autre truc qui m'amuse aussi, c'est dans les tombes à mobilier d'enfant où le moindre objet est "religieux" ou votif (peu importe la croyance).
OU l'humanité a muté grave, mais il est plus que fréquent, en cas de décès d'un enfant, que les parents glissent dans le cercueil le "doudou" ou jouet préféré.

Pour les tombes d'adultes (à mobilier, y a des traces), OK, il y a la part "objets rituels pour l'au-delà" mais quelle est la part "signes matériels affectifs"? (genre: la couronne de fleur trouvée dans la prestigieuse tombe de Toutankhamon).

yrwanel

Messages : 341
Date d'inscription : 03/05/2016

http://casado81.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: She came from another place. On the burial of a young girl in Birka.

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Ven 20 Mai 2016 - 20:51

Un enfant mangeait et ne faisait rien d'autre (pas d'école ou autres obligations).
Donc en allant au plus simple, dès qu'il était en âge de se servir de ses petites mains pour bosser (je présume vers 6 ans), cela ne laissait pas beaucoup de place pour l'affectif.
Si on ajoute les chétifs, les malades et autres estropiés ou handicapés... Sur 100, combien en restait-il ?
avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1494
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: She came from another place. On the burial of a young girl in Birka.

Message  yrwanel le Ven 20 Mai 2016 - 23:58

Les chétifs et 1/2 portions décédaient dans les 5 ans. Une sélection naturelle, quoi (je sais, cela peut choquer, mais bon).
Niveau handicap (enfant ou adulte, y compris la vieillesse): pas de réelle exclusion. On faisait avec ce qu'on pouvait et il y avait assez de tâches pour que chacun y trouve sa "niche écologique".

Les enfants apprenaient à l'école de la vie, déjà par les jeux de "faire semblant" et d'imitation (stade normal de l'évolution de l'enfant).
Novgorod a révélé dans les fouilles des jouets, des fois fabriqués très simplement et.... des dessins d'enfants sur des écorces de bouleau!
On les "responsabilisait" petit à petit, ce qui permettait d'apprendre le "métier" suivant le contexte: paysan, pêcheur, artisan, etc. et, si prédispositions: apprentissage, ce qui est aussi une "école". Wink
Bilan, les enfants n'étaient pas forcément des "boulets" mais une aide aux tâches quotidiennes, une fois un peu débrouillés (ne fût-ce que pour chasser les piafs qui viennent manger les graines semées!) Laughing
Quant aux parents: en principe et surtout à la campagne (90% de la population médiévale), on fonctionne par "tribu", donc avec des réseaux d'entre-aide.
On est très loin de nos familles réduites aux seuls parents si pas monoparentales, devant à la fois élever les enfants, + le boulot (avec des rythmes assez... "burn out") + etc...
Gregory Cattaneo était tombé sur un texte de saga (scandinave) parlant d'un jarl assez violent vis à vis d'un couple de paysans. Petite mention rapide dans le texte, pour souligner la violence du jarl: la femme avait son enfant "en portage", donc allait aux champs avec le nourrisson accroché à elle (comment???? le texte ne le dit pas) Neutral

Objectivement, si on maintient la légende urbaine que toutes les femmes ou quasi claquaient en couche et qu'on ajoute que la majorité des marmots clampsaient très vite et très jeunes, ou étaient bancroches, on peut se demander comment l'humanité a réussi à arriver jusque au XXIème! Laughing

Au début de la Grande Peste (qui a duré "un moment" et a fait de solides ravages dans les populations), la population hexagonale était aussi importante que la population à la mi- XIXème. Entretemps, il y a eu un refroidissement climatique => des famines à répétitions éparpillées, quelques... "bastons" (dont la Réforme), la Peste de Marseille, la Révolution française et autres "bricoles".

Là, la paléopathologie n'est que à ses débuts et pas très systématique (hélas), mais elle permet de savoir de quoi souffraient (ou pas) nos ancêtres.
Je dois avoir dans un coin une étude d'un cimetière médiéval, avec pathologies, âge de décès, etc. Je vais essayer de retrouver.

Sinon, plus "tardif": Breughel: dans ses oeuvres (peintes ou gravées), on retrouve les enfants au milieu des adultes, et même (scène de fête de village) jouant AVEC les adultes. (bon.. je sens que je vais vous faire un topo sur le jeu, le jouet, etc... général) Wink






yrwanel

Messages : 341
Date d'inscription : 03/05/2016

http://casado81.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: She came from another place. On the burial of a young girl in Birka.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum