Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Jeu 1 Déc 2011 - 9:52

.


De 888 à 959



_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Carte mi-XIème



888 / 1180 FÉODALITÉS
Florian Mazel


Histoire de France dirigée par :
Joël CORNETTE, agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, Professeur à l'Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis

Jean-Louis BIGET, agrégé, docteur d'État, professeur émérite des Universités, a enseigné l'histoire du Moyen Âge aux Écoles normale supérieure de Saint-Cloud et de Fontenay-aux Roses.

Henry ROUSSO, agrégé d'histoire, ancien élève de l'École normale Supérieure de Saint-Cloud, directeur de recherche au CNRS (institut d'histoire du temps présent).


Dernière édition par Raimond Roger TRENCAVEL le Lun 16 Mai 2016 - 9:01, édité 5 fois
avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1507
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Benoit De Vaucouleurs le Jeu 1 Déc 2011 - 16:54

Merci pour ces cartes, pourrait juste nous dire de quel livre ou l'auteur de ces ouvrages, a moins que ça ne soit toi?

Merci d'avance
avatar
Benoit De Vaucouleurs

Messages : 190
Date d'inscription : 03/03/2011
Age : 31
Localisation : Chateau-Gontier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Jeu 1 Déc 2011 - 20:08

.

Une vision de la terre autour de l'an mille : la mappemonde de Fleury.






Ce dessin de la terrefigure dans un manuscrit écrit à Fleury au temps de l'abbé Abbon (988 - 1004) contenant plusieurs œuvres d'Abbon lui-même, en particulier celles consacrées au comput. Il est d'ailleurs possible qu'Abbon soit directement intervenu dans sa fabrication. Ce manuscrit, sorte de compilation de théories cosmographiques,devait servir de support à l'enseignement du quadrivium dans l'école monastique. Le dessin prend place au sein d'extraits du Commentaire du songe de Scipion de Macrobe, une œuvre du Vème siècle ap. J-C, qui connu un grand succès tout au long du Moyen Âge et reprenait, en l'amplifiant, un passage de la République de Cicéron. Une représentation du monde soulignant la sphéricité de la terre, (aucun savant médiévale n'a soutenu l'idée que la terre était plate) occupe les deux tiers de la page. Outre ce dessin, le feuillet comprend un texte explicatif,(en haut à gauche) et deux schémas commentés : en bas à droite, il s'agit d'une représentation théorique expliquant comment la pluie tombe sur toute la partie de la terre, en bas à gauche d'une démonstration de la sphéricité de la mer. le dessin de la terre ne représente qu'un seul hémisphère, orienté par les points cardinaux (on peut lire les mentions «septentrio» en haut, «occidens» à gauche, «oriens» à droite, «miridies» en bas, écrit à l'encre rouge). Le texte qui borde le cercle rappelle le calcul de la circonférence terrestre par Ératosthène. Le cercle est entouré et divisé par les océans. Les pôles sont seulement indiqués par quelques mots. Avec les trois zones découpés par les océans, ils divisent la terre en cinq zones climatiques : septentrionale froide inhabitable, septentrionale tempérée habitable, équatoriale torride inhabitable, australe tempérée habitable (mais déserte) et australe froide inhabitable. Dans la zone septentrionale tempérée habitable, on reconnait les trois continents connu du monde ancien (Europe, Asie, Afrique),séparés par la Méditerranée et les mers Noires, Caspienne et Rouge. On y remarque aussi six vignettes de villes, parmi lesquelles Jérusalem, marquée d'une croix. Au sud-est de l'Afrique et à la limite de la zone équatoriale figure le royaume mythique de Méroé.

Berlin, Staatsbibliothek, ms. Phill. 1833, fol. 39 v.

888 / 1180 FÉODALITÉS
Florian Mazel


Histoire de France dirigée par :
Joël CORNETTE, agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, Professeur à l'Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis

Jean-Louis BIGET, agrégé, docteur d'État, professeur émérite des Universités, a enseigné l'histoire du Moyen Âge aux Écoles normale supérieure de Saint-Cloud et de Fontenay-aux Roses.

Henry ROUSSO, agrégé d'histoire, ancien élève de l'École normale Supérieure de Saint-Cloud, directeur de recherche au CNRS (institut d'histoire du temps présent).

.


Dernière édition par Raimond Roger TRENCAVEL le Lun 5 Déc 2011 - 10:31, édité 1 fois
avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1507
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Ven 2 Déc 2011 - 18:17

.

Mappa Mundi (mappemonde) de Beatus (vers 1050)




Carte du monde tirée du Beatus de Saint-Sever.

La Mapa Mundi de Beatus de Liébana est l'une des principales œuvres cartographiques du Haut Moyen Âge.

Elle fut élaborée vers 780 par le moine du même nom, se basant sur les descriptions d'Isidore de Séville, de Ptolémée et des Saintes Écritures. Le manuscrit original a été perdu, cependant il existe des copies relativement fidèles qui nous sont parvenues.
L'original figurait dans le prologue du deuxième livre des Commentaires de l'Apocalypse de Beatus de Liébana. La fonction principale de la carte était l'illustration de la dispersion des Apôtres suite à la Pentecôte.

Dans cette mappemonde, la terre se présente comme un disque entouré d'océans. La terre est divisée en trois continents : Asie (demi-cercle supérieur), Afrique (quart de cercle inférieur droit), Europe (quart de cercle inférieur gauche), qui correspondent respectivement aux territoires des descendants des trois fils de Noé : Sem, Cham et Japhet. les masses continentales sont séparées par des cours d'eau ou des mers intérieures comme la Mer Méditerranée, le Nil, le Bosphore. Au centre du monde se situait Jérusalem, la ville sacrée du judaïsme et du christianisme. Cette situation centrale de Jérusalem comme umbiculum mundi (nombril du monde) était usuelle dans la cosmogonie chrétienne médiévale ; dans la Divine Comédie, Dante commence son voyage aux enfers depuis le sous-sol de cette ville.

La carte est de type «T-O», typique de la cartographie du Moyen Âge : la forme ovale de la terre est divisée en trois parties par la Méditerranée, le Nil (ou la Mer Rouge), le Bosphore (ou le Danube). L'Est (orient) est placé en haut de la carte (la carte est orientée). Dans cette cartographie, Jérusalem est située au croisement des branches du T.

Dans cette mappemonde, on trouve la carte en T, qui sera progressivement abandonnée à partir du XIIe siècle.



Jérusalem est au centre du monde
La représentation est en forme de T (pour " Terrarum ") inscrit dans un O (pour " Orbis ")
La carte est " orientée " c'est-à-dire que l'Est est placé en haut
L'enfer et le paradis terrestre sont représentés

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Carte d'Al Idrissi (vers 1154)




Al Idrissi ou Al-Idrīsī ou encore Charif Al Idrissi, de son nom complet Abu Abdallah Muhammad Ibn Muhammad Ibn Abdallah Ibn Idriss al-Qurtubi al-Hassani (arabe : أبو عبد الله محمد ابن محمد ابن عبد الله ابن ادريس القرطبي الحسني), connu aussi sous le nom latin de Dreses, est un géographe et botaniste andalous, né à Ceuta vers 1100. Il a grandi à Cordoue1, et serait mort vers 1165. Il doit sa renommée à la rédaction d'un ouvrage de géographie descriptive intitulé Kitâb Nuzhat al Mushtâq ou Kitâb Rudjâr ou Le Livre de Roger. Ce livre fut rédigé à la demande de Roger II, roi normand de Sicile, pour illustrer et commenter un grand planisphère en argent construit par Al-Idrīsī, qui est probablement mort en Sicile, à cause d'une probable interdiction de revenir dans sa ville natale où il était considéré comme un renégat au service d'un roi chrétien comme Roger II.

L'inspiration principale d'Al-Idrisi est venue de deux géographes de l'ère pré-islamique: Orose, un voyageur espagnol dont l’«Histoire», écrite au Ve siècle, comprend un volume de géographie descriptive, et Ptolémée, le plus grand des géographes classiques, dont la «Géographie», écrite au IIe siècle, a été complètement perdue pour l'Europe, mais a été préservée dans le monde musulman dans une traduction en arabe. Il semble aussi avoir subi l'influence de son compatriote, l'astronome hispano-musulman Azarchel, qui a corrigé les données géographiques de Ptolémée concernant la région ouest de la Méditerranée.

Lorsqu'il arriva à Palerme en 1139, il se lança sous l'égide de "Roger II de Sicile" dans la constitution d'un planisphère et d'un commentaire associé -le Livre du divertissement de celui qui désire découvrir le monde (Kitāb nuzhat al-mushtāq fī ikhtirāq al-āfāq) plus communément connu sous l'appellation de Livre de Roger, qui constitue l'un des meilleurs ouvrages de cartographie médiévale. Il a profité de la situation de la Sicile comme île stratégique de la Méditerranée, interrogeant les équipages de tous les navires touchant les ports du royaume sicilien.

Le Livre de Roger comprend une description de la Sicile, de l'Italie, de sa patrie l'Espagne, de l'Europe du Nord et de l'Afrique, ainsi que de Byzance : c'est une description résolument universaliste qui comprend aussi bien la géographie physique que les activités humaines. Sa connaissance du Niger, du Soudan et du Nil est remarquable pour son époque. L'ouvrage a bénéficié de la situation particulière du royaume normand de Sicile au XIIe siècle et du syncrétisme entre civilisations byzantine, normande et arabe qui le caractérisait.

Pour réaliser cet ouvrage, al-Idrīsī s'est appuyé sur les résultats de ses propres voyages mais aussi sur les observations qu'il commandait à d'autres voyageurs. Les cours d'eau et lacs d'eau douce sont représentés en vert, tandis que les mers sont en bleu.

Il semble que la première version de l'ouvrage date de 1157. On n'en possédait qu'un abrégé, publié pour la première fois en arabe à Rome en 1592, et traduit en latin sous le titre de Geographia Nubiensis, par Gabriel Sionite, Paris, 1619. Pierre Amédée Jaubert, Interprète militaire, en retrouva en 1829 un manuscrit complet à la Bibliothèque nationale de France et en publia la traduction en français, Paris, 1837-1839, 2 volumes in-4, avec notes. C'est la seule traduction complète du Livre de Roger : elle est considérée comme peu fiable en raison des manuscrits de seconde main qu'elle utilise. Une nouvelle édition ne corrige que partiellement ces erreurs.

Plus tard, al-Idrīsī a mis au point une autre encyclopédie géographique, plus complète encore, que l'auteur a intitulée Rawd-Unnas wa-Nuzhat al-Nafs (Plaisir des hommes et joie de l'âme), livre également connu comme Kitab al-Mamalik wa al-Masalik (Livre des royaumes et des routes).

Al-Idrisi a soutenu la théorie de la sphéricité de la Terre et bien que ses cartes aient la forme d'un disque, il a expliqué que le disque symbolisait uniquement la manière du monde : " La terre est ronde comme une sphère, et l'eau s'y tient et y reste par le biais de l'équilibre naturel qui ne subit pas de changement ". Comme il l'a suggéré par ses observations, al-Idrisi pense que le monde est rond, n'étant pas le seul à insister sur ce fait : contrairement à l'idée fausse selon laquelle tout le monde croyait jusqu'à Christophe Colomb, que la Terre était plate, de nombreux chercheurs et astronomes pensaient que la Terre était une planète au moins depuis le Ve siècle av. J.‑C..



Livre de Roger, carte avec points cardinaux inversés (nord au sud et vice versa), réalisée pour Roger II de Sicile en 1154.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Mappa Mundi d'Ebstorf (vers 1300)




La Carte d'Ebstorf était une mappemonde réalisée autour de 1300. Elle mesure 3,6 sur 3 mètres, et contient plus de 2300 données sous forme de textes ou d’images, ce qui en fait la plus grande et la plus complexe des cartes médiévales connues. Elle était composée de 30 feuilles de parchemin cousues ensemble. Elle a été nommée d’après son lieu de découverte qui est probablement aussi son lieu de création, le couvent bénédictin d'Ebstorf (de), en Basse-Saxe, Trouvée en 1830 dans une remise, elle a été détruite pendant le bombardement d’Hanovre en 1943, et reconstruite d’après des copies anciennes.

La terre est représentée sous forme d’un disque circulaire, orientée avec l’est en haut. Là se trouve la représentation du Jardin d’Éden. Au centre de la carte est Jérusalem. L’Europe figure en bas à gauche. On y trouve des villes comme Aix-la-Chapelle, Rome, et les Iles éoliennes. Les données figurant sur la carte se partagent en environ 1500 inscriptions textuelles, 500 représentations de bâtiments, 160 fleuves, 60 îles et montagnes, 45 êtres humains et fantastiques, et 60 bêtes.
Il n’était pas dans l’intention de l’auteur de réaliser une représentation géographiquement fidèle du monde. Ainsi, la ville de Rome est presque aussi grande que la Sicile. La carte a plutôt comme objectif de refléter les connaissances historiques mythologiques et théologiques de son époque. Le monde est comparé au corps du Christ. On le reconnaît à sa tête (en haut), ses mains (sur le bord, à gauche et à droite), et ses pieds (en bas). On trouve aussi la carte du paradis, l’arche de Noé et la tour de Babel. La mythologie est présente dans les figures des Amazones. Un description détaillée est donnée dans Kugler.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Mappa Mundi d'Hereford (vers 1300)




La Mappa Mundi d'Hereford est une carte T dans l'O, présentant une manière de perfectionnement du genre, datant des environs de 1300. Elle est signée par un certain "Richard de Haldingham ou de Lafford". Dessinée sur une unique feuille de vélin, elle mesure 158 cm sur 133 cm. Les tracés sont réalisés en encre noire, avec des additions de rouge et d'or, ainsi que du bleu/vert pour l'eau (la Mer Rouge étant coloriée en rouge).

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Atlas catalan (1375)



Reconstitution de la partie occidentale de l'Atlas catalan.

L'Atlas catalan se trouvait dans l'inventaire de la bibliothèque du roi de France Charles V en 1380, date de sa mort. La carte est accompagnée d'un calendrier perpétuel portant la date de 1375, permettant de donner une estimation précise de sa réalisation. Elle est traditionnellement attribuée à Abraham Cresques, cartographe de l'école majorquine.

L'« atlas » se compose de six feuilles de vélin. Les deux premières feuilles sont constituées de textes à caractère cosmographique et astronomique (dont le calendrier). Les quatre autres représentent le monde connu de l'époque et s'appuie sur les récits de Marco Polo pour sa partie orientale. Le haut de la carte constitue le sud : de gauche à droite on parcourt ainsi le monde de la Chine (Cathay) aux côtes atlantiques de l'Europe. La zone méditerranéenne est très précise et s'apparente aux portulans, avec néanmoins des précisions à l'intérieur des terres. La carte est centrée sur Jérusalem. L'Asie, comme le sud de l'Afrique, est beaucoup moins précise et les ornements, s'appuyant sur des thèmes mythiques ou religieux, pallient le manque d'information. Les villes et leurs richesses évoquées par Marco Polo sont cependant portées sur le document.

Commandée par un roi d'Aragon pour un roi de France, l'Atlas catalan constitue un chef d'œuvre particulièrement riche et soigné. Il est conservé aujourd'hui à la Bibliothèque nationale de France à Paris.
.
avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1507
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Ven 2 Déc 2011 - 19:00

.

La carte Kangnido (1402)



La carte Kangnido (1402).

La carte Kangnido ("Carte historique des pays et des villes") fut réalisée en Corée en 1402 par Kim Sa-hyeong (김사형:金士衡), Yi Mu (이무:李茂) et Yi Hoe (이회), à partir de sources de données chinoises.

La carte décrit la totalité de l'Ancien Monde, de l'ouest, avec l'Europe et l'Afrique, à l'est, avec la Corée et le Japon. Elle comprend une Chine surdimensionnée au milieu. Cette carte date d'un temps qui précède les Grandes découvertes européennes, et même apparemment les voyages du grand amiral chinois Zheng He. Elle prouve une connaissance géographique profonde de la Chine et de la Corée de l'époque, supposant des explorations à une époque très reculée.



Détails de l'Afrique, de l'Europe et du Moyen-Orient.

La carte décrit de façon très détaillée l'Empire de Chine, ainsi que la Corée et le Japon, même si les positions relatives des trois pays ne sont pas exactes. Chine et Corée sont surdimensionnées, alors que l'Asie du Sud-Est (avec son promontoire et sa profusion d'îles) est arrondie, tout comme l'Inde qui se perd dans la masse globale du continent.

À l'ouest, la péninsule Arabique, l'Afrique et l'Europe sont assez correctement dessinées, bien que ces aires continentales soient montrées plus petites qu'elles ne le sont, comparativement à la Chine. La Méditerranée est particulièrement clairement dépeinte, tout comme la péninsule Ibérique, l'Italie et l'Adriatique. Il y a plus de cent noms pour les seuls territoires européens, dont Alumangia (le mot latin Alemania pour Allemagne).

La connaissance du contour réel de l'Afrique indique des explorations précoces de la région, antérieures aux voyages de Bartolomeu Dias et de Vasco de Gama. La pointe sud de l'Afrique a des contours généraux corrects et laisse apparaître un fleuve qui pourrait être l'Orange. Au nord du continent, au-delà du "blanc" de la carte, une pagode symbolise le phare d'Alexandrie, près du mot arabe Misr (Égypte) translittéré en chinois.

La plupart des transcriptions chinoises des noms de lieux en Asie du Sud-Ouest, en Afrique et en Europe proviennent d'originaux arabes persanisés, indiquant que la carte Kangnido serait liée pour une grande part aux connaissances venant du Moyen-Orient.



Version de 1470

Seules trois copies de la carte sont connues, toutes conservées au Japon. Deux d'entre elles faisaient partie du butin de guerre japonais de l'invasion de la Corée de 1592-1598 par Hideyoshi. La carte actuellement conservée à l'université Ryūkoku est celle que Hideyoshi a offerte au temple Honganji. L'autre carte, à présent au temple Honmyōji, lui fut donnée par Katō Kiyomasa, qui participa également à la guerre en Corée. Le troisième exemplaire connu est réputé être une adaptation de la carte Honganji et se trouve à l'université Tenri.



Comparaison entre les cartes de Fra Mauro (1457) et Kangnido (1402).

La carte présente certaines similitudes, remarquables pour l'époque, avec la carte de Fra Mauro réalisée à Venise en 1457, à la fois au niveau de leurs exactitudes (la forme de l'Afrique australe et le passage entre les océans Atlantique et Indien) et leurs erreurs: un large fleuve au centre de l'Afrique qui se jette dans la Mer Rouge, la côte aplatie de l'Afrique occidentale ou les côtes de l'Asie méridionale. Les deux cartes semblent offrir la même compréhension de l'Ancien Monde, en dépit de l'inversion des proportions (Europe et Afrique élargies pour Fra Mauro, Chine et Corée hypertrophiées dans la Kangnido).

Les deux cartes ont en tout cas été réalisées avant la découverte "officielle" du Cap de Bonne-Espérance en 1488 par les navigateurs portugais. Plusieurs hypothèses sont envisagées quant aux sources: marins musulmans du Moyen-Orient ou de l'Afrique Orientale, marins Indiens ou navigateurs chinois (on évoque à ce propos les expéditions de l'amiral Zheng He), puis transmission vers l'Occident, pour la carte de Fra Mauro, par les marchands indiens ou musulmans, ou encore par le voyageur vénitien Niccolo Da Conti.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Planisphère de Virga (1411-1415)



Le planisphère de Virga (1411-1415).

Cette carte a été réalisée par Albertin de Virga entre 1411 et 1415. Le Vénitien Albertin de Virga est également connu pour une carte de la Méditerranée également réalisée à Venise en 1409. Son planispère est circulaire. Elle est dessinée sur un parchemin de 69,6 cm sur 44 cm, L'extension autour de la carte elle-même (de 44 cm environ de diamètre) est occupée par un calendriers et deux tables.
Le planisphère de Virga indique de façon précise des terres nouvelles notamment l'Australie.
Les îles Canaries ainsi que les Açores sont représentées. La pointe sud du continent africain est indiquée.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Atlas d'Andrea Bianco (1436)



Atlas d'Andrea Bianco (1436)

Andrea Bianco fut un marin vénitien et un cartographe du XVe siècle, célèbre pour son atlas du monde paru en 1436.
L'Atlas d'Andrea Bianco se compose de dix feuilles de vélin, mesurant 29 X 38 cm.
La première feuille contient une description de la "règle de marteloio".

Une technique mathématique pour le calcul de la distance et de l'orientation en mer qui repose sur l'utilisation d'un tableau de valeurs pré-calculées. Cette technique vénitienne de traçage et de récupération de données, a été appelé "règles de marteloio" ou "raxon de marteloio". Personne ne sait l'origine de ce mot et ce qu'il signifie exactement, cependant il fait généralement référence à une série de règles appliquées à partir d'une table trigonométriques pré-calculée.
Cette première feuille contient deux tables et deux autres schémas.
Les neuf feuillets suivants contiennent différentes cartes de navigation.
Deuxième feuille : Carte des côtes de la mer Noire.
Troisième feuille : Carte des côtes orientales de la mer Méditerranée.
Quatrième feuille : Carte des côtes de la partie centrale de la mer Méditerranée.
Cinquième feuille : Carte des côtes de l'Espagne, du Portugal, de l'Afrique du Nord et des îles de l'océan Atlantique (Açores, Madère, Cap-Vert et deux îles nommées "Antillia" et "Satanaxio", situées plus à l'ouest des Açores).
Sixième feuille : Carte des côtes du nord de l'Espagne, de France, de Flandres et des îles Britanniques.
Septième feuille : Carte des côtes de la mer Baltique, du Danemark et de la Scandinavie.
Huitième feuille : Carte reprenant à une échelle plus petite, l'ensemble des cartes précédentes représentant les côtes de l'Europe et celles de l'Afrique du Nord.
Neuvième feuille : Carte circulaire du monde de 25 cm de circonférence.
Dixième feuille : Carte du monde ptolémaïque avec la projection conique de Ptolémée.

Certains supposent qu'Andrea Bianco fut le premier à représenter et décrire correctement la côte de Floride, comme une macro-péninsule rattachée à une grande île marqués Antillia.

Bianco a également collaboré avec Fra Mauro sur la carte du monde de 1459.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Planisphère de Fra Mauro (1459)



Planisphère de Fra Mauro (1459)

Le moine camaldule vénitien Fra Mauro a réalisé son planisphère circulaire entre 1457 et 1459 sur un parchemin d'environ 2 m de diamètre. La carte est insérée dans un cadre en bois.

L'original de la carte a été dessiné par Fra Mauro et son assistant Andrea Bianco, marin et cartographe, à la demande du roi Alphonse V de Portugal. Elle a été achevée le 24 avril 1459 et envoyée au Portugal. Cet exemplaire n'est pas parvenu jusqu'à nous. Fra Mauro en a débuté une copie pour la Seigneurie de Venise, qui a été achevée après sa mort par Andrea Bianco.

La carte représente de manière étonnante l'océan Indien et surtout la partie australe de l'Afrique, à une époque où aucun Européen ne s'y était encore aventuré. Il est plausible que ces renseignements soient parvenus de Chine en Italie par l'intermédiaire de marchands.
.
avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1507
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Mar 14 Aoû 2012 - 18:31

avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1507
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Mar 22 Juil 2014 - 20:56

.

Le planisphère de Waldseemüller publié sous la direction du cartographe Martin Waldseemüller à Saint-Dié-des-Vosges en 1507, contient la première mention du mot «America» (francisé comme Amérique) sur une carte. Intitulé «Universalis Cosmographia» , il est accompagné d'un livret contenant un traité de géographie, Cosmographiae Introductio.

 Arrow  Le planisphère de Waldseemüller



Le traité de géographie
Ce petit livre, dont le titre complet est Cosmographiae introductio cum quibusdam geometriae ac astronomiae principiis ad eam rem necessariis, comporte cinquante-deux feuillets. Au moins quatre éditions parurent à Saint-Dié dès 1507.

Le fascicule comprend deux parties :
   Dans la première, les auteurs (Vautrin Lud, Nicolas Lud, Mathias Ringmann, Martin Waldseemüller et Jean Basin) s’expliquent sur la nécessité de procéder à une réédition de la Géographie de Ptolémée. C’est là qu’ils proposent de baptiser le nouveau continent « America » en hommage à Amerigo Vespucci : « et je ne vois rien qui, raisonnablement, nous empêcherait de l’appeler terre d’Améric du nom de son génial découvreur, ou simplement América, puisqu’aussi bien l’Europe et l’Asie ont reçu des noms de femmes ».
   La seconde partie est composée de la traduction en latin par Jean Basin des quatre voyages d’Amerigo Vespucci. Waldseemüller y reconnaît la contribution du Florentin à une perception du Nouveau Monde comme un continent distinct.

Un exemplaire de l’ouvrage est exposé dans la salle du Trésor de la Médiathèque Victor-Hugo de Saint-Dié-des-Vosges, où l'on peut également consulter la totalité du document sous forme numérisée.

 Arrow  Le traité de géographie


.
avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1507
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Jean Pierre le Ven 1 Aoû 2014 - 16:36

comment pouvait on porter au XVe l'Australie sur une carte ...... sachant que ce continent fut officiellement decouvert au XVIIe ?????

cela voudrait dire que d'autres découvreurs n'ont pas laissé leurs Noms dans l'histoire.
avatar
Jean Pierre

Messages : 597
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Esclarmonde le Ven 1 Aoû 2014 - 20:42

Beaucoup d'historiens et durant nombre d'années ont bien dit que Christophe Colomb avait découvert les Amériques, alors qu'il n'en est rien et que ce continent avait été découvert depuis déjà bien longtemps !!!!

_________________


Toutes blessent, la dernière tue...
Potius mori quam foedari
avatar
Esclarmonde

Messages : 2565
Date d'inscription : 10/01/2011
Age : 49
Localisation : Menton

http://www.les-feals-compaings.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Jean Pierre le Mar 5 Aoû 2014 - 2:12

oui je suis au courant de cette contreverse mais l'Australie c'est tout de même , c'est bien plus surprenant
avatar
Jean Pierre

Messages : 597
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 56
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Dim 3 Avr 2016 - 11:19

La mémoire des cartes


Episode 1/4 : L'héritage d'Alexandrie

Un voyage dans le temps à la découverte des premières cartes du monde, sur la trace des explorateurs. De quelle époque datent-elles ? Qui les a dessinées ? Quelles découvertes ont-elles apporté ? L'histoire débute au Swaziland où, chaque année, un festival regroupe les femmes du pays parmi lesquelles le roi doit choisir sa nouvelle épouse. Cette cérémonie a lieu sur les monts de la Lune, source du Nil. On retrouve la trace de ses montagnes, indiquées et nommées, sur une carte datant de 1402 conservée à Kyoto. Elle est la preuve que la dynastie coréenne Joseon, pour qui cette carte a été faite, avait déjà une connaissance précise de l'Afrique.

 Arrow http://www.dailymotion.com/video/x41aw6v



Episode 2/4 : Le génie de Ptolémée

Retour sur l'origine des premières cartes à avoir représenté l'Asie et l'Europe. Cette avancée provient du géographe Ptolémée. Dès l'année 166 après Jésus-Christ, il a commencé à dessiner les deux continents sur la même carte. Mais les scientifiques s'interrogent sur les moyens employés par Ptolémée pour prendre connaissance des côtes sud du continent. Ils cherchent aussi à comprendre quel est le territoire inconnu dessiné au sud-ouest de l'actuelle Chine. Les premières investigations les poussent à retracer les conquêtes des grands explorateurs comme celles d'Alexandre. Ils s'intéressent, plus particulièrement, au parcours de la route du poivre.

Arrow http://www.dailymotion.com/video/x41bwn6




Episode 3/4 : La légende du Prêtre Jean

A Pékin, Liu Kang collectionne les cartes anciennes. L'une d'elles révèle une étonnante information. Cette carte, publiée en 1418, fait apparaître les Amériques. Pourtant, la carte a été dessinée plus de 70 ans avant la découverte de Christophe Colomb. Comment, à cette époque-là, ce territoire pouvait-il figurer sur le document ? Les Chinois auraient-ils navigué sur les eaux du Pacifique avant l'explorateur ? Une fois de plus, «La mémoire des cartes» propose un voyage à travers le temps, sur les traces des toutes premières cartes du monde. De quand datent-elles ? Qui les a dessinées ? Quelles découvertes ont-elles apportées ?

Arrow http://www.dailymotion.com/video/x41cytr




Episode 4/4 : Les nouvelles routes commerciales

Inspirés par le succès commercial des Néerlandais et la précision de leurs cartes, les Japonais reproduisent, dès 1792, une version précise de la mappemonde. Les Anglais, eux, ont recours à la première carte géologique au moment de la révolution industrielle. Grâce à ce document, ils identifient les ressources naturelles nécessaires pour la construction de leur empire maritime. Au XIXe siècle, la ruée vers l'or signe pour les Etats-Unis le début de la conquête de l'Ouest. Grâce aux cartes, les Américains traversent le Pacifique pour rejoindre le Japon et la flotte militaire nationale voit le jour. Le continent acquiert ainsi une position durable de leader.

Arrow  http://www.dailymotion.com/video/x41n75a
avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1507
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Raimond Roger TRENCAVEL le Lun 16 Mai 2016 - 8:53

Je me permets de faire suivre le lien du poste d'Yrwanel ici, puisque cela concerne une carte tissée Arrow Carte tissée - Sheldon Map du Worcestershire
avatar
Raimond Roger TRENCAVEL

Messages : 1507
Date d'inscription : 10/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cartes et autres mappemonde - découpes des territoires

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum