Ancolie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ancolie

Message  beaunois le Dim 1 Juil 2012 - 14:13


ncolie



Nom latin

aquilegia vulgaris.

Noms communs

Aiglantine, Bonne-femme, Cinq-doigts, Clochette, Colombine, Cornette, Galantine, Gant de Bergère, Gant de Notre-Dame ou Manteau royal.

Famille

renonculacées

partie utilisé

L’ancolie fait partie des espèces protégées. Par conséquent, seules les plantes cultivées peuvent être utilisées. Les éléments que la médecine considère comme efficaces sont: les racines et les parties aériennes de la plante, notamment les feuilles et les graines. Les feuilles contiennent un glycoside cyanogène (de l'acide cyanhydrique); c’est pourquoi la plante fraîche est présumée toxique. Toutefois, aucun cas d’intoxication n’a été enregistré; cette affirmation ne peut donc être reportée sur la plante séchée. Les fleurs contiennent de l’anthocyanidine, et les feuilles divers flavonoïdes.

Habitat et culture

Cette plante aime tout terrain bien drainé et humifère.
L'ancolie préfère l'ombre au soleil.
Sa multiplication s'effectue par semis de graines stratifiées au printemps en sol sableux à l'ombre.

On pratique aussi le semis sur place à l'automne.
On peu aussi diviser les pieds au printemps mais les racines sont assez fragiles.

Histoire
Diverses sources ont établi que les Romains ne connaissaient pas cette plante. Elle est utilisée pour la première fois au Moyen Âge, en Allemagne, par Hildegard von Bingen qui s’en sert pour résorber la tuméfaction des glandes. Elle entre dans la composition de plusieurs onguents de sorcières en raison de son pouvoir aphrodisiaque. Au XVe siècle, Paracelse l’utilise pour traiter la diarrhée et toutes sortes de lithiases (urinaires, biliaires, etc.).
D’autres contemporains prescrivent des parties de la plante pour traiter la jaunisse, le scorbut, la varicelle, la rougeole, les affections gynécologiques, l’impuissance, les fibrillations ventriculaires, les maladies de l’oreille, les troubles ophtalmologiques ainsi que le cancer. A la fin du Moyen Âge, l’ancolie est recommandée pour quelque 273 indications. Plusieurs théories expliquent l’origine du nom de cette plante. Hildegard von Bingen l’appelle „Aglaia“ ou „Agleya“. Cette dénomination est associée à la syllabe indo-germanique „ak“ qui signifie „pointu“ ou „acéré“. D’autres auteurs affirment que ce nom est dérivé du latin „aquila“ = aigle, à cause de la forme caractéristique de la fleur. Au Moyen-Age, l'ancolie commune, surnommée bonne-femme, était considérée comme une plante magique aphrodisiaque. La plante fournissait des graines pour des parfums qui rendaient leurs porteuses irrésistibles. Quand elle était mâchée, les femmes étaient particulièrement bien disposée à l'amour[1].

Propriété médicinal

la plante présente des propriétés hépatoprotectrices, antioxydantes, antimicrobiennes et antimutagènes.

[b]
avatar
beaunois

Messages : 134
Date d'inscription : 19/03/2012
Age : 46
Localisation : Bourgogne

http://moult-me-tarde.asso-web.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum